28 juin-1 juil. 2022 Bordeaux (France)

23èmes RENCONTRES INTERNATIONALES EN URBANISME APERAU 2022 À BORDEAUX

 « Transition écologique. Quelles évolutions attendues des pratiques en urbanisme ? »

 La date limite de dépôt des articles est prolongée jusqu'au 24 juin 2022

Le programme des 23èmes RIU

Ateliers du 1er juillet 2022

Accès à l'ENSAP pour la journée du 29 juin 2022

Accès à l'UBM pour la journée du 30 juin 2022

Localisation café Maritime

 

Les Rencontres Internationales en Urbanisme (RIU) de l’APERAU (Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme) rassemblent chaque année des chercheurs, des doctorants et des praticiens qui débattent des enjeux urbanistiques contemporains de l’aménagement des villes et des territoires, notamment lors du colloque international annuel de l’association. Internationale et francophone, l’APERAU regroupe 41 institutions adhérentes au sein de trois sections régionales : Amérique du nord, Afrique et Moyen-Orient, Europe. Elle représente l’un des réseaux scientifiques francophones les plus dynamiques, qui joue pleinement le jeu de la francophonie et des échanges multiculturels dans une thématique, la ville, et plus largement l’aménagement et le développement durable, un enjeu considérable à l’échelle planétaire. L’APERAU bénéficie du soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF).

L’Institut d’Aménagement, de Tourisme et d’Urbanisme de l’université Bordeaux Montaigne, en partenariat avec l’UMR CNRS 5319 Passages et l’ENSAPBx, organise à Bordeaux du 29 au 30 juin 2022 la 23ème édition de ces Rencontres Internationales en Urbanisme (RIU) autour de la question : « Transition écologique. Quelles évolutions attendues des pratiques en urbanisme ? ».

Le rapport du GIEC de l’été 2021 pointe clairement la responsabilité de nos modes de vie dans le dérèglement climatique et appelle une fois encore à la mise en œuvre immédiate d’une transition écologique et donc économique, sociale et politique, permettant de trouver un équilibre durable entre nos établissements humains et leurs milieux. Dans la même idée l’Etat vient de se faire condamner par le Tribunal Administratif de Paris le 14 octobre 2021 pour dépassement du plafond des émissions de gaz à effet de serre. L’action publique est ainsi à plusieurs titres interpellée pour agir urgemment en faveur de la transition écologique. L’espace interagit avec la société et les urbanistes sont à ce titre directement concernés par cette injonction. Leur engagement actif à relever ce défi est une volonté partagée par les professionnels de l’urbanisme, les chercheurs et les enseignants, les étudiants, qui, tous, chacun à sa place et selon ses moyens, s’y emploient. C’est à ce titre que l’opérationnalité de nos savoirs et de nos pratiques en faveur de la transition écologique doit être interrogée et partagée collectivement.

Ce colloque attachera une importance toute particulière à la prise en compte de quatre principaux éléments de contexte, à savoir, l'érosion de la biodiversité, l'objectif de la neutralité carbone, le déficit démocratique et la contestation du modèle métropolitain. Au regard de l’ensemble de ces éléments il s’agira d’interroger la place de l’urbaniste, son éthique, sa responsabilité et ses capacités à prendre en compte ces quatre éléments de contexte dans sa pratique professionnelle et pour l’enseignant, dans le contenu de son propos.

Mettre en lumière les pistes et les moyens d’action souhaités et possibles en ce sens par les urbanistes, l’évolution des savoirs théoriques et opérationnels nécessaires à l’accomplissement de leurs missions ainsi que les analyses permettant d’en évaluer les pertinences et de nourrir une réflexion à la fois prospective et ancrée dans le réel est l’objectif des 23ème Rencontres Internationales en Urbanisme.

Les communications s’inscriront dans les six axes thématiques suivants:

Axe 1 : Biodiversité vs artificialisation

Axe 2 : Neutralité carbone pour quelle justice environnementale ?

Axe 3 : La mobilisation citoyenne

Axe 4 : Organisation spatiale des métropoles francophones et accentuation des inégalités d’accès à la ville

Axe 5 : Habiter les territoires vulnérables

Axe 6 : Urbanisme négocié vs urbanisme « en liberté »

Session spéciale réseau MOTAU « demande de transport et adaptation aux territoires vécus »-Mobilité dans le périurbain- Mobilité dans les Suds

Télécharger l'appel à communication

 

 

Personnes connectées : 3